vendredi 28 août 2009

Une semaine d’enregistrements (3/3) / One week of recording (3/3)

(English version below)

Le lendemain de l’enregistrement des cordes, j’étais dans le train pour Paris, où j’allais enregistrer la contrebasse de Luma Losange. Professeur de musique, Luma est un multi-instrumentiste hors-pair (contrebasse, basse frettless, guitare, piano…) doublé d’un caractère d’une gentillesse et d’une humilité tout aussi hors-pair (il va me tuer s’il lit ça, mais j’assume…). Après une rapide visite à la Maison de l’Espérance avec mon ami Peter, je devais retrouver Luma « dans le métro, où il chantait ». J’étais intrigué…chanter dans le métro ?

Au détour d’un couloir de la ligne 4 du métro, j’ai donc retrouvé Luma accompagné de sa femme et de quatre de ses amis, où ils allaient chanter. Cela fait plusieurs années qu’ils ont créé un groupe de gospel, appelé « le Mur de la Note », pour chanter dans le métro, la rue, les hôpitaux, etc. Sans autre matériel qu’une guitare et de fortes voix, ils n’ont pas d’autre but que d’offrir un peu de joie, de réconfort et de foi aux passants pressés et stressés. Luma m’a invité à me joindre à eux, et donc ma première soirée à Paris a commencé par un concert de gospel improvisé dans le métro, et je me suis régalé ! La vie est pleine de surprises…Cela faisait plaisir de voir les passants, au visage habituellement fermé, s’ouvrir, sourire, parfois même danser…

Puis Luma et sa femme m’ont emmené chez eux, où j’ai bénéficié de leur formidable hospitalité. J’y ai découvert le studio de Luma, une petite pièce construite directement sous le toit, pleine d’instruments et d’appareils qu’il bricole pour le plaisir. J’ai beaucoup aimé ce petit studio, c’est comme un cocon chaud et accueillant, parfait pour y donner naissance à la plus belle musique. Rien à voir avec ces bunkers sous-terrain dans lesquels la lumière du jour ne pénètre jamais…

Nous avons donc travaillé, travaillé, et encore travaillé. J’ai fait souffrir Luma sur sa contrebasse et sa frettless, et lui enchaînait piste après piste avec patience et persévérance. Au lendemain de cette longue journée, je rentre avec de belles lignes de basse dans l’ordinateur, riche d’une nouvelle expérience de musique et d’amitié.

Le train est sur le point d’arriver, il faut que je range l’ordinateur. La semaine d’enregistrements est finie…

Diaporama ici.

OooooooooooooO

On the day after I recorded the strings, I was in the train for Paris, where I would record the double bass with Luma Losange. A professor of music, Luma is a skilled multi-musician (double bass, fretless bass, guitar, piano…). Moreover, he is just the finest, gentler, humbler guy I know (He will kill me if he reads this, but it’s ok…) After a short visit at the House of Hope with my friend Peter, I was to meet Luma “in the subway, where he would be singing”. I was curious…singing in the subway?

So I went at the “Montparnasse Bienvenüe” station, on the subway line 4, and there I found Luma along with his wife and four of his friends, where they were about to sing. He explained me that a few years ago, he had created this band call “the Wall of Music” to perform Gospel music in the subway, in streets or in hospitals. With only one guitar and their strong voices, they just wanted to bring a bit of joy, comfort and faith to the hurried and stressed people (God knows how much Parisians are!) Luma invited me to sing along with them, so my first evening in Paris began with a Gospel concert in the subway, and I loved it! Life is full of surprises…It was so good to see people open-up, smile, dance…

Then Luma and his wife drove me to their house, where I was cared for like a king. I discovered Luma’s recording studio, a small room directly under the roof, full of instruments and electronics he repairs for the fun of it. I loved this little studio, it was like a warm and welcoming cocoon, perfectly fit to give birth to the finest music. It was nothing like these underground bunkers where daylight never enters.

We worked, worked and worked again for the whole day. I made Luma suffer on his double bass and his fretless, and he recorded song after song with patience and perseverance. On the following day, I am coming back with beautiful tracks of bass on my computer, and I am richer with a new experience of music and friendship.

The train is about to arrive, I have to switch the computer off. This week of recordings is over.

Diaporama here.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire