vendredi 18 décembre 2009

Nos liens (3) – avec soi-même // Our ties (3) – with oneself


(English version)

Ca y est, tout est réinstallé sur mon ordi, c’est comme neuf ! J’ai pu recommencer le travail de montage. Dehors tout est blanc, la neige est tombée cette nuit. J’ai un peu de temps ce matin, je vais donc continuer la réflexion sur le thème du CD.

Un jour que j’étais plutôt perdu, j’ai demandé à un ami : « C’est quoi le sens de la vie ? ». Il m’a répondu : « c’est apprendre à aimer et à être aimé ». J’ai toujours gardé sa réponse au fond du cœur. Jésus ne dit pas autre chose : comme on l’a vu, le sens de la vie consiste à être en lien : avec Dieu, avec l’autre, et avec soi-même. Voici donc quelques réflexions sur ces trois dimensions, en commençant par la relation avec soi-même.

Nous naissons en lien avec notre famille, mais pour grandir nous devons apprendre à être en lien avec nous-mêmes. Pour devenir adulte, « l’homme quittera son père et sa mère ». Et seulement ensuite, « il s’attachera ». C’est comme s’il fallait d’abord apprendre à être en lien avec Dieu et avec soi-même pour apprendre à l’être avec l’autre. Sinon on sera tenté d’utiliser l’autre pour combler le vide ou remplacer nos parents. Aimer quelqu’un veut dire qu’on le laisse libre, et quand on utilise quelqu’un, on ne le respecte plus. Donc il faut apprendre à être un bon compagnon pour soi-même.. Et dans ce domaine-là, j’ai un modèle. Il s’appelle…Lucky Luke. Si, si. Voilà la chanson qu’il chante à chaque fois qu’il se dirige vers le soleil couchant sur son fidèle Jolly Jumper :

I'm a poor lonesome cowboy
I'm a long long way from home

Je suis un pauvre cowboy solitaire
Je suis très loin de chez moi

Si Lucky Luke a quitté sa famille, apparemment il sait être un bon parent pour lui-même. Il n’attends pas des autres qu’ils répondent à ses besoins, parce qu’il y répond lui-même. Il est autonome. Mais il n’a pas oublié son « chez lui » puisqu’il en parle dans sa chanson. Il a quitté, mais il n’a pas coupé. Il sait d’où il vient, son histoire et sa famille sont en lui, et c’est bien comme ça. Il est en paix avec ses racines, avec ce que ça représente de bon et de moins bon.

There are guys who just figure
Have a problem with a gun

And a finger on a trigger

Can be dangerous, hurt someone


Il y a des gars qui pensent
Tout résoudre avec un pistolet
Et un doigt sur la gachette

Peut-être dangereux et blesser quelqu’un

Lucky Luke sait qu’il y a des choses qui peuvent blesser. Lucky Luke a appris à poser des limites. Quand d’autres ont transgressé notre espace, on a peur que cela se reproduise. Résultat, on se crée une distance défensive qui empêche quiconque de s’approcher de nous. En tous cas de près. Mais Lucky Luke a fait le point, il a compris que certaines choses qu’il a subites n’étaient pas justes, et qu’on doit respecter ses limites, comme pour n’importe qui d’autre. Il est donc en sécurité, et peut faire face aux choses autrement qu’en fuyant ou en sortant son pistolet:

But problems solve much better
By keeping calm and true


Les problèmes se résolvent bien mieux

En restant calme et vrai

Lucky Luke a appris à être vrai avec lui-même, à accueillir sans jugement tout ce qu’il ressent. Il est en lien avec lui-même. Ainsi il n’a pas le sentiment de laisser de côté une partie de lui-même. Il peut faire des choix en sachant que c’est bien lui qui les fait et non des peurs, des sentiments d’obligation ou de colère. Donc il est libre de se lier, et c’est ce qu’il fait : il n’hésite pas à s’engager pour des gens aussi longtemps qu’ils subissent une injustice.

I'm a poor lonesome cowboy
But it doesn't bother me

'Cause this poor lonesome cowboy

Prefers a horse for company

Got nothing against women
But I wave them all goodbye
My horse and me keep riding
We don't like being tied

Je suis un pauvre Cowboy solitaire
Mais ça ne me dérange pas
Parce que ce pauvre cowboy solitaire
Préfère un cheval comme compagnie
J'ai rien contre les femmes
Mais je leur dit au-revoir
Mon cheval et moi on avance
On n'aime pas être liés

Lucky Luke sait donc être seul. Mais en fait, il n’est pas si solitaire que ça : il a son ami Jolly Jumper. C’est tout le paradoxe : le simple fait de dire « On n’aime pas être liés » veut dire qu’en fait il s’est lié, mais il a librement choisi à qui.

Bref, je crois qu’il est important d’apprendre à devenir un bon compagnon pour soi-même pour le devenir pour d’autres.

Et vous ? Qu’est-ce qu’être « en relation avec soi-même » pour vous ? Et que veut dire « quitter père et mère » ?

Prochain épisode : se lier à l’autre.

There it is, my computer is like new, everything has been reinstalled. I could resume the work of editing. Everything is white outside, snow covered the land last night. I have a bit of time this morning, let’s go on with the theme of the CD.

One day I was quite lost in my life, and I asked a friend: “what’s the purpose of life?” He answered: “It is to learn to love and to be loved.”. I always kept his answer deep in my heart. Jesus says exactly the same thing. Like we already read, for him the purpose of life lies in being tied with God, with others, and with oneself. Here are a few thoughts about these three dimensions, beginning with being in relationship with oneself.

We were born in relationship with a family, but in order to grow up we have to learn to establish ties with ourselves. To become an adult, “man will leave his father and mother”. And only after that he “will be united to” his wife. It is as if we needed to learn how to establish ties with ourselves before being able to do it with others. Otherwise we will be tempted to use the other person to fill our emptiness or to replace our parents. However, loving someone means this person remains free, and when we use people we don’t respect them anymore. So we have to learn how to become good companions for ourselves. I have a model for that: he is called Lucky Luke. No Kidding. Here is the song he always sings when he’s going towards the sun on his faithful Jolly Jumper:

I'm a poor lonesome cowboy
I'm a long long way from home


If Lucky Luke left his family, he knows how to be a good parent for himself. He does not expect others to meet his needs, because he takes care of them by himself. He is autonomous. But he has not forgotten his home, he sings about it. He left, but he did not cut the ties. He knows where he comes from, his story and his family are in him, and it is a good thing. He is in peace with his roots, with whatever the good and the bad it represents.

There are guys who just figure
Have a problem with a gun
And a finger on a trigger

Can be dangerous, hurt someone


Lucky Luke knows some things can hurt. He learned to set boundaries. When other people transgressed our inner space, we fear it might happen again. As a result, we create a safety distance preventing everyone to get too close to us. But Lucky Luke thought about it, and he understood that some things done to him were not normal and unfair, and that other people should respect his boundaries like anybody else. So he is secure, and he can face things differently. He does not run away or defend himself with his gun:
But problems solve much better By keeping calm and true

Lucky Luke learned to be true with himself, welcoming everything in him without judgement. He is in true relationship with himself. Therefore he does not neglect a part of himself. He can make choices knowing it is him who chooses and not his fears, or his feelings of obligation or of anger. So he is free to establish ties, and he does: he knows how to commit himself for people as long as there is injustice.

I'm a poor lonesome cowboy
But it doesn't bother me
'Cause this poor lonesome cowboy
Prefers a horse for company

Got nothing against women
But I wave them all goodbye

My horse and me keep riding
We don't like being tied


Lucky Luke knows how to be alone, but in fact is not so lonely: he has got his friend Jolly Jumper. It is a paradox in deed to say: we don’t like being tied. If he says we, it means he is already tied, but he feely chose to whom.

In short, I think it is important to become a good companion for oneself if we want to become good companions for others. God plays a major role in this development, but we will come back to that in the third part.

What about you? What do you think “being in relationship with oneself” means? What does “Leaving father and mother” means?

In the next episode: to tie oneself to others.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire